Design tactile : le « taca taca tile » du Smartphone

design-tactile

Les smartphones, les tablettes et les phablettes ont envahit notre quotidien. L’étude des interactions tactiles n’en est qu’à ses débuts, et la manière de tenir ces écrans et d’interagir avec eux détermine en grande partie l’ergonomie des contenus. Les mains et les pouces ont une réalité physique que l’on ne peut ignorer, tout comme le poids et l’encombrement d’une tablette. Il faut donc « faire avec » et trouver le moyen de proposer aux utilisateurs un contenu non seulement consultable proprement (la moindre des choses), mais qui tire de surcroît partie des possibilités tactiles de nos appareils « intelligents ».

Maintenant que nous avons mis en place des stratégies de design « responsive » pour occuper au mieux les tailles et les résolutions sans cesse différentes des écrans qui nous entourent, il est temps de concevoir les sites en tenant compte de la richesse des gestes possibles pour naviguer tactilement. Qui dit web, dit navigateur, et qui dit navigateur dit diversité. Chaque navigateur possède ses propres contrôles (que l’on prendra soin de ne pas court-circuiter), et chaque constructeur utilise déjà l’espace à sa manière, ce qu’il faut aussi prendre en considération.

C’est dans ce contexte que s’inscrit le livre Design tactile publié dernièrement aux éditions Eyrolles. Josh Clark passe en revue les stratégies de mise en page pour prendre en main les appareils tactiles : de la distribution des informations et des contrôles, à la taille idéale des boutons, en passant par l’ergonomie des formulaires et des carrousels (qui ont encore des marges de manœuvre dans la panoplie du webdesigner !).

L’auteur n’oublie pas de faire le point sur le vocabulaire gestuel de base comme : tap, double tap, swipe, pression, pression longue, pincement, étirement, etc. et donne quelques pistes pour une implémentation avec Javascript et CSS pour une compatibilité étendue.

A lire, donc, pour entrer à pleine main dans l’univers tactile.

En avant la musique, avec la taca taca tic du gendarme (désolé, mais depuis ma dernière note de lecture, le pli est pris) :